18/02/13 - Natura 2000 en mer Cap Ferrat (06)

eze-cap_ferrat.jpg

 
 

 

 

 

 

 

Mercredi 23 janvier 2013, à Beaulieu-sur-Mer, s'est tenu le 1er comité de pilotage du site Natura 2000 en mer « Cap Ferrat ».

Au cours de cette séance, Monsieur Roger Roux, maire de Beaulieu-sur-Mer, et la Métropole Nice Côte d’Azur ont été respectivement désignés président de ce comité de pilotage et opérateur en charge de l’élaboration du Document d’Objectifs.

Dans ce compte rendu, Michel Avargues, nous démontre tout l'inté!rêt d'être présent dans ces concertations ...

 

 n2000_cap_ferrat.jpg

Présentation du site

 

Le site Natura 2000 « Cap Ferrat » s'étend de Villefranche à Cap d'Ail sur une superficie de près de 9000 hectares.

Strictement marin, il est entièrement compris dans le territoire métropolitain et concerne cinq communes : Villefranche-sur-Mer, Saint-Jean -Cap –Ferrat, Beaulieu-sur-Mer, Eze et Cap d'Ail avec une extension vers le large.

 

La majeure partie des fonds concernés se situe donc entre 100 et 1000 mètres de profondeurs, délaissant, à la surprise de certains scientifiques locaux, une partie de l'herbier et du coraligène peu profonds de la pointe des douaniers (Cap d'Ail) à Monaco. 

 

 

Petit CR de la réunion :

 

Une cinquantaine de personnes présentes, dont Antoine (FNPSA Côte d'Azur) et Marc (APPA), des représentants des pêcheurs et plaisanciers, scientifiques, etc...

 

Après la présentation de l’origine de Natura 2000, désignation du président du comité, le Maire de Beaulieu (qui d’ailleurs n’était pas présent, mais représenté…ça commence bien), nous avons le droit à des discours avec de grands mots répétés en boucles tels des leitmotiv  'préservation, ressources, respect des usages,…' pendant 2 heures.

 

Tout le monde applaudit…, puis vient le moment de : "Est-ce que quelqu’un à des questions ?"... et là à mon grand étonnement, personne n’a rien à dire… !!!

 

Alors que le Président annonce "bon et bien nous allons clore la séance…", me disant que je ne pouvais pas partir comme ça, je serais venu pour rien, je me  lève en demandant le micro.

 

Je me présente et pose une première question (en résumé) : "Après tous ces discours, pouvez-vous nous donner un exemple CONCRET d’une mesure qui pourrait être prise ?"

 

Et là… alors là… à ma stupéfaction… un grand silence de 30’’… tout le monde se regarde, l’air gêné, se passe le micro en disant « Non toi, non vas-y toi »… En fin de compte, le micro est passé une jeune assistante qui essaye en bégayant de dire que « Ben par exemple on pourrait…. heu… je sais pas…heu… mettre des mouillages écologiques…. Voilà. » … un ange passe. J’insiste un peu en demandant s’ils n’avaient pas une autre idée… mais non, pas d’autres idées !!!

 

 

Un monsieur en uniforme se décide enfin, prend le micro et explique qu’il me comprend, et qu’en fait je demande si il va y avoir des réserves dans la zone. Et là, il noie le poisson (!) : « Non il n’y en aura pas,… mais quand même, il va falloir faire quelque chose. »… à tel point que personne ne comprend ce qu’il a voulu dire…

Ayant lancé le débat d’autres questions sont posées :

 

 

- Je demande une réponse CLAIRE à : "Est-ce que les mouillages « écologiques » seront payants ?"

Réponse claire : OUI.

-  Quand j’interroge sur : comment va-t-on faire quand 2 ou 3 bateaux voudront aller sur la même zone ?

Réponse : « Ca dépendsi la bouée mise en place est conçue pour amarrer plusieurs bateaux, mais c’est plus cher… »….(je crois rêver ou cauchemarder !).

-       Une personne (que je ne connais pas) lance alors une bonne idée : « Pourquoi ne fait-on pas des interdictions de pêche sur toutes les espèces pendant leurs périodes de reproduction ?... »… et là encore tous les intervenants se regardent en disant, « on sait pas », puis ils passent le micro à un scientifique (!) en disant que lui va avoir la réponse.

Ce monsieur prend le micro pour dire « Oui pourquoi pas, je ne sais pas pourquoi on ne le fait pas… »…

Là encore je n’ai pas pu tenir : je me lève en lui rappelant que « toutes les espèces ne fraient pas au même moment et que ce serait ingérable de faire un calendrier pour chaque poisson… non ? »…

Petit oui timide en réponse et acquiescements dans la salle.

           

 Fin de séance à 17h00.

 

Voilà, l’essentiel est dit. Mon sentiment : inquiet ! Surtout que l'échéance de mise place prévue en 2014 risque de nous amener à voir des propositions de mesures hatives et peu concertées (pour ne pas dire réfléchies...) et nous impose de suivre le projet avec la plus grande des vigilances !! 

 

Michel Avargues                    

                       

 

 

bannire_licence2013.jpg